COMMANDITAIRES DIAMANT
COMMANDITAIRES PLATINE

COMMANDITAIRES DIAMANT

Clifton Associates Klohn Crippen Berger

COMMANDITAIRES PLATINE

Trek Geotechnical DST Consulting Engineers Thurber Engineering Ltd Golder Associates Reinforced Earth ConeTec KGS Group Consultin Engineers Atlantic Industries Ltd BGC Engineering

Conférenciers

Conférence d'honneur R.M. Hardy – Dr Ryan Phillips
Modélisation par centrifugeuse – « A Mari usque ad Mare »

La conférence d'honneur R.M. Hardy 2019 passe en revue l'application de la modélisation géotechnique par centrifugeuse au Canada au cours des 30 dernières années. Cette technique de modélisation physique avancée pour la simulation et l'étude de problèmes géotechniques a été utilisée pour la première fois au Canada en 1984 à l'Université Queen's, et a depuis été mise en pratique dans cinq instituts différents à l'échelle nationale. Après avoir présenté ses principes fondamentaux, son application à la plus célèbre étude de cas sur les fondations sera discutée. Des exemples canadiens tirés d'une gamme variée de programmes de modélisation de certains de ces instituts seront ensuite exposés, en mettant l'accent sur les 25 ans d'expérience de C-CORE. Ces programmes comprendront deux grands projets d'infrastructure, des études de liquéfaction statique et dynamique et la conception de pipelines dans deux régions froides différentes.

Ryan Phillips, Ph. D., ing., est expert-conseil principal en géotechnique chez C-CORE et directeur de la Dr. Jack Clark Geotechnical Centrifuge Facility de cette société à St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur civil en 1978, il a travaillé dans l'industrie pour Soil Mechanics Limited au Royaume-Uni et à l'étranger. Le Dr Phillips a ensuite obtenu son doctorat en 1986 à l'Université de Cambridge, où il a dirigé le centre de centrifugation jusqu'à son arrivée chez C-CORE en 1993. Il possède plus de 30 ans d'expérience dans le domaine de la géotechnique, en recherche appliquée et en consultation. Le Dr Phillips a géré de nombreux programmes financés par l'industrie et conjointement, la plupart liés aux pipelines et aux systèmes de fondations extracôtiers. Il a été nommé conjointement professeur agrégé à l'Université Memorial, est l'auteur ou le coauteur de plus de 200 publications et a reçu les prix Meyerhof, Quigley et Stermac de la SCG. Il représente la Société canadienne de géotechnique en tant que membre des comités techniques TC104 (Physical Modelling in Geotechnics) et TC209 (Offshore Geotechnics) de la SIMSG. Le Dr Phillips est membre du conseil d'administration de la Fondation canadienne de géotechnique et rédacteur adjoint de la Revue canadienne de géotechnique. Il est Fellow de l'Institut canadien des ingénieurs et récipiendaire de la Médaille Canadian Pacific Railway Engineering de cette organisation pour les services qu'il a rendus à la SCG.


Colloquium 2019 de la SCG – Dre Kathy Kalenchuk
Atténuer une défaillance fatale de la géomécanique moderne : comprendre l'incertitude, appliquer l'étalonnage des modèles et défier la prédominance de la modélisation numérique

La modélisation numérique est devenue l'un des outils de conception les plus utilisés en géomécanique. Elle a connu des changements considérables et rapides au cours des dernières décennies alors que les méthodologies de collecte de données et de paramétrage des masses rocheuses nécessaires à l'entrée des modèles ont relativement peu évolué. Nous sommes maintenant dans une situation où les capacités de modélisation dépassent largement notre capacité de caractériser les masses rocheuses fracturées et de paramétrer les modèles de conception, et le sommes depuis un certain temps. La nature limitée des données de la géomécanique entraîne souvent un degré élevé d'incertitude quant aux données de conception. Malheureusement, cette incertitude est trop souvent perdue (ou oubliée) quelque part entre l'entrée des données numériques et les résultats. Cela s'explique peut-être par le fait que l'on se fie à des « boîtes noires » numériques pour générer des calculs sans que les utilisateurs aient besoin de comprendre vraiment les formules sous-jacentes, ou presque. Ou encore, c'est peut-être le graphisme sophistiqué à haute résolution qui projette des résultats numériques qui permettent aux utilisateurs d'annuler, d'une manière ou d'une autre, peut-être inconsciemment, le transfert de l'incertitude des données au résultat de conception. Le fait de ne pas tenir compte de l'incertitude des données de conception peut entraîner des défaillances fatales imprévues en matière de sécurité et d'économie.

L'étalonnage systématique des modèles est une solution aux limites des données et à l'incertitude paramétrique. L'analyse rétrospective de la réaction du sol observée est fondamentale pour faire confiance au résultat numérique. Toute simulation numérique, à l'exception des études sur le terrain (qui doivent plutôt reposer sur des analyses de sensibilité approfondies), devrait comporter un certain degré d'étalonnage de modèles. Le niveau de détail de l'étalonnage peut être très varié, allant de l'appariement qualitatif de la réaction du sol à l'étalonnage quantitatif sophistiqué. La rigueur et le détail de l'étalonnage sont dictés par les observations et les mesures disponibles de la réaction du sol.

Ce colloquium portera sur la façon dont l'état de la pratique en simulation numérique pour les applications géomécaniques exige l'étalonnage de modèles. À l'aide d'études de cas dans le domaine de la géomécanique minière, une présentation complète des techniques d'étalonnage sera donnée pour différents types de données sur la réaction du sol, allant des observations visuelles qualitatives aux données quantitatives microsismiques et obtenues à l'aide d'instruments. Les données sismiques sont sans doute l'un des outils les plus précieux pour l'étalonnage de modèles. Ce colloquium présentera également un changement novateur dans la méthodologie technique de la simulation numérique de la microsismicité induite.

La Dre Kathy Kalenchuk est titulaire d'un diplôme en génie minier de l'Université de l'Alberta et elle a obtenu sa maîtrise et son doctorat en géomécanique de l'Université Queen's. Elle travaille dans le domaine de la géomécanique minière depuis 15 ans. Elle est actuellement experte-conseil principale en géomécanique chez MDEng et offre des services géomécaniques pour des travaux d'exploitation et des projets miniers partout dans le monde. Les domaines d'expertise de la Dre Kalenchuk comprennent la géomécanique souterraine et à ciel ouvert, la conception de supports de sol, la stabilité des pentes, la sismicité induite par les mines, la gestion du risque de coup de toit et la modélisation numérique. L'expertise de la Dre Kalenchuk dans le domaine de la modélisation numérique de pointe est axée sur la mise au point de modèles étalonnés capables de reproduire le comportement de la masse rocheuse tel qu'observé dans le cadre d'études sur le terrain et à l'aide d'instruments de surveillance.